L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE FAIT SES GA(M)MES

Quand les rois de l’archer rencontrent les virtuoses du joystick, cela débouche sur Vidéo Live Games, un concept de concert développé par Tommy Tallarico. Le compositeur le plus prolifique de B.O de jeux vidéos, était présent fin novembre 2016 pour la grande occasion.

Le thème de « Pac-Man », c’est lui. Les ritournelles de « Zelda » et de « Mario », aussi… C’est simple, Tommy Tallarico est chaque jour présent dans des millions de salons, aux quatre coins du monde. Le compositeur fou a signé pas moins de 300 titres de jeux vidéo, avec cinquante récompenses à la clé.

 

Tragédie geek

Fin novembre, au Liberté, il était présent en chair et en os, mais aussi en pixels et en décibels, à l’occasion de la première édition du concert OSL #1, proposé par l’Orchestre Symphonique de Bretagne en partenariat avec l’association rennaise hyper-active, 3Hit Combo.

Le guitariste Tommy Tallarico, les musiciens de l’OSB et un chœur ont repris à l’unisson les célèbres bandes sons qui accompagnèrent et accompagnent encore nos épopées héroïco-ludiques : les chevauchées épiques de Final fantasy ; les cavales gloutonnes de Pac-Man ; les batailles sanglantes de Metal Gear Solide ; les glissades acrobatiques de Tony Hawks…

Quand la grande musique rencontre l’art vidéo ludique, cela donne un concert alliant l’énergie du rock à la puissance lyrique d’un orchestre symphonique, l’interactivité et le divertissement en prime.

1-video-games-live

 

 

TRENTE SIX CHANTS D’ELLES

Passionné par les voix de femmes, Alain Surrans l’est au point d’animer une émission de radio – les Porte-Voix – sur France Bleue Armorique. Au point également de leur consacrer chaque année un cycle à l’opéra de Rennes.

Ce sont des femmes du monde, mais pas un monde aseptisé, globalisé et uniformisé. Non, un monde dans toutes ses spécificités et dans toutes ses langues. Bref, dans toute sa différence.

Des voix de femmes, le directeur de l’opéra de Rennes Alain Surrans en est fan au point de leur consacrer chaque saison une programmation spécifique intitulée « Divas du monde ». Chez lui, la corde sensible est donc vocale et féminine.

En 2015, les mélomanes ont pu vibrer en découvrant des wonder women venues des quatre vents : l’Espagnole Béatrice Uria-Monzon ; le chant soufi des femmes de Mayotte ; la Grècque Katerina Papadopoulou…

 

www.opera-rennes.com

 

Leave a Reply