AU DÉPART, LE BLOG ÉTAIT UNE BLAGUE

 On y va avec le sourire, et l’on ressort immanquablement amoureux de ces démons de Midi-Deux. À l’origine du mal qui fait du bien : une triplette d’étudiants rennais ayant tout simplement réinventé la façon de faire la fête. Ne soyez pas en retard, leurs soirées affichent sold out en quelques minutes.

 Les meilleures histoires sont les plus courtes ? On espère que celle-là va durer, aussi vrai que les soirées organisées par Midi-Deux nous emmènent jusqu’au bout de la nuit. Aussi vrai qu’à l’annonce de leurs concerts, il suffit de quelques minutes pour que les compteurs s’affolent et que Digitick affiche complet. Autant dire que pour les fans de Midi-Deux, passée l’heure de cliquer, ce n’est plus l’heure…

Midi Deux, c’est d’abord l’histoire de jeunes étudiants toujours en avance sur leur temps, et prêts à faire des pieds et des mains pour toucher leurs idoles du doigt. Nous sommes en janvier 2010, tous les moyens sont bons, et eux sollicitent des interviews d’artiste (Mondkopf et Florient Meindl) pour un fanzine rennais inexistant. Mais si le mag est un fake, le blog rentre dans les faits. Avec leurs chroniques enthousiastes, leurs podcasts pointus et leur agenda exhaustif, Florian, Théo et Valentin font même rapidement référence dans le milieu rennais.

De blog virtuel à association très charnelle, il n’y a qu’un pas de danse, et Midi Deux commence à emmener Rennes jusqu’au bout de la nuit. « La techno est une histoire de feeling et d’émotion », nous dit-on alors. On ira juger sur pièce, lors de la première soirée programmée au Combi bar, puis poursuivie à l’Antipode. L’agenda marque novembre 2011, et « l’association rêve de faire bouger Rennes car c’est un peu restreint dans le genre électro. »

Six soirées ont suivi depuis. Entre temps, Midi-Deux s’est fait label (Midi Deux entertainment) et écurie pour DJ’s (Côme, Full Quantic Pass, Paroi, Signal ST…). Parmi ses poulains rennais, notamment : Calcuta. Créateur du crew Bokal en 2010, le drôle d’indien est par ailleurs proche d’Electroni(k) et membre actif de l’association Le square. Il cultive le style bass et les sonorités U.K pour mieux concrétiser ses raves. Quant à MMPP, le vieux loup tek a fait ses premières armes avec Midi-Deux, au Combi bar. Théo Muller ? De la dub-house à la techno, le DJ est tout simplement un des membres fondateurs de Midi-Deux.

Jean-Baptiste Gandon       

 

Leave a Reply